Logiciel libre : un patrimoine technologique au service des administrations publiques

Aujourd'hui, de nombreuses administrations publiques ont déjà migré ou sont en cours de migration vers le logiciel libre de toutes ou une partie de leurs infrastructures informatiques.

On remarquera par exemple le Tribunal Fédéral avec la suite de logiciels OpenJustitia qu'il a développé sous licence libre GNU GPL v3, le Département de l'instruction publique de Genève avec son implémentation de GNU/Linux ou encore, hors de nos frontières, la Gendarmerie nationale française qui a intégré le système d'exploitation Ubuntu pour l'ensemble de ses postes de travail. Il est intéressant de remarquer que cette tendance est renforcée par une particularité inhérente à l'utilisation des logiciels libres. Les licences qui s'appliquent à ces logiciels, et plus particulièrement les licences GNU GPL et compatibles, assurent à leurs utilisateurs la constitution, la maîtrise et la pérennité d'un véritable patrimoine technologique.

En effet, les licences permettent d'adapter et d'évoluer la technologie exploitée selon le contexte d'utilisation et les critères de fonctionnalités recherchés. Les licences donnent également le droit aux utilisateurs de réorienter et de redistribuer la technologie sous un autre nom, mais bien entendu pour autant que les conditions de la licence soient respectées.

Ces mécanismes juridiques permettent la constitution d'un patrimoine technologique commun, dans lequel, tout un chacun peut en utiliser des briques pour construire son propre patrimoine technologique. L'innovation en est accélérée et devient collective de par l'un des principes importants des licences libres qui consiste, en échange des libertés accordées aux utilisateurs, à les obliger à citer les auteurs originels des technologies utilisées et, dans le cas où la technologie est redistribuée, à partager sous la même licence les évolutions apportées afin d'offrir les mêmes droits aux futurs utilisateurs. Ce processus est le moteur du développement communautaire qui à permis au système d'exploitation GNU/Linux de devenir un standard technologique utilisé à travers le monde et à la source de grandes innovations.

Au cœur des communautés du libre, Genève accueille cette année M. François Elie, fondateur de l'ADULLACT, pour une conférence intitulée « L'argent public ne doit payer qu'une fois » à l'occasion de la 3e édition de la manifestation  « Fêtons Linux : le libre en fête ». Cette conférence soulignera l'intérêt pour les organismes d'utilité publique de s'orienter vers le logiciel libre et apportera de plus amples précisions sur les principes et processus de gouvernance qui en résultent.


AGENDA :
Le samedi 27 avril de 13h à 20h
Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (hepia).
Rue de la Prairie 4, 1202 Genève


LIENS :
www.adullact.org  |  www.fetons-linux.ch  |   www.gnu.org/licenses

Numéro fédéral :  CH-660.2.608.005-3
Creative Commons License CC BY-SA